Saint Sernin de Toulouse

Évêque et Martyr † 250 (Fête le 29 novembre)

Saturnin de Toulouse (en latin Saturnius), transformé dans la langue d’Oc en Sarni, puis francisé en Sernin, nom sous lequel nous le connaissons aujourd’hui, fut le premier évêque de Toulouse, l’un des saints les plus vénérables de l’Église catholique. C’est, avec ceux de Lyon, l’un des rares martyrs attestés de la Gaule ayant vécu au début du Christianisme.

Saturnin ou Sernin était le fils d’Egée, roi d’Achaïe. Il apparaît dans l’histoire de Patras, sa ville natale, en 250, l’année de son martyre, alors qu’il était à la tête de la plus ancienne communauté chrétienne connue de Tolosa, chef-lieu de l’une des divisions territoriales de la province sénatoriale du Narbonnais, et qui se trouvait à l’emplacement du centre de l’actuelle Toulouse. C’est là que Sernin résidait. Il devait traverser le forum, au fond duquel se dressait le temple du Capitole, et, avec ses deux diacres et un prêtre, il desservait une petite église. Des vestiges de ce Capitole ont été retrouvés au nord de l’actuelle place Esquirol.

Sernin prêche Jésus-Christ. Dieu même confirme Sa doctrine par un éclatant miracle, car au même moment les idoles du temple tombent de leur piédestal et se brisent. À cette vue, les païens ne se contiennent plus de rage : leurs prêtres se concertent et déclarent : « Si on laisse cet homme prêcher son Christ, c’en est fait de notre culte. » La foule, ameutée par les prêtres, se saisit de lui ; on lui crie : « Sacrifiez à nos dieux, ou malheur à vous ! »

Le 29 novembre 250, Sernin est interpellé par une partie des païens devant le temple. Ils lui reprochent de perturber les dieux gréco-romains et d’empêcher leurs oracles.
Après avoir refusé d’abjurer le Christianisme et de participer au sacrifice rituel du taureau que l’on s’apprêtait à offrir à Jupiter, Sernin est saisi par la foule. Sans le moindre procès, prévu pourtant par la loi romaine dans ce cas, abandonné par le prêtre et les deux diacres qui l’accompagnaient, le saint évêque est attaché au taureau amené pour être immolé en sacrifice ; on entoure son corps d’une grosse corde au bout de laquelle on l’attache par les pieds. Son corps est violemment emporté par l’animal excité et Sernin rend immédiatement son âme à Dieu, la tête fracassée sur un emmarchement du temple romain. La bête furieuse continue néanmoins à tirer le cadavre, jusqu’à la voie qui sortait de la ville par le nord. Sa course effrénée à travers les rues réduit en lambeaux le corps du martyr ; la corde se brise enfin et le corps de la victime reste étendu sur le chemin. C’est à cet endroit que s’élève aujourd’hui l’église qui porte le nom de Notre-Dame-du-Taur.

Le tombeau de l’apôtre de Toulouse est devenu célèbre par la dévotion populaire et par de nombreux prodiges. En 402, devant l’afflux des fidèles, ses reliques furent transférées dans une nouvelle basilique, la « basilique Saint-Sernin », construite sous l’épiscopat de saint Selve et achevée sous celui d’Exupère.

L’essentiel de saint Sernin de Toulouse :

On croit qu’attiré d’abord par la réputation de saint Jean-Baptiste, Servin devint l’un des soixante-douze disciples du Sauveur. Il fut envoyé en Gaule en qualité d’évêque par le pape Fabien. En chemin, il prêchait l’Évangile, fondait des chrétientés et détruisait l’empire du démon. En Arles et à Nîmes, il obtint de grands succès. À Carcassonne, il fut emprisonné pour Jésus-Christ, mais délivré par un ange. À Toulouse, une femme lépreuse fut guérie en sortant de la piscine baptismale, et ce prodige entraîna la conversion d’une bonne partie de la cité. De toutes parts, on amenait au Saint des malades, il les guérissait par le signe de la Croix.

Pensée spirituelle de saint Sernin de Toulouse :

« Je connais l’unique et vrai Dieu. (…) Quant à vos dieux, je sais que ce sont des démons ; c’est en vain que vous les honorez … »

Courte prière à saint Sernin de Toulouse :

« Gloire au Christ qui t’a glorifié ! Gloire à Celui qui t’accorda la couronne du Martyre ! Gloire à Celui qui fit de toi une colonne de la Foi ! Amen. »

Gaëtan de Salvatore-R

Facebook : Gaëtan de Salvatore-Ranieri.

 

Image (anonyme) : martyr de saint Sernin de Toulouse.