Saint Bernardin de Sienne
Frère mineur de l’Ordre de Saint-François
(1380-1444)

(Fête le 20 mai)

 

 

Bernardin Albizeschi naît le 8 septembre 1380, à Massa Marittima, dans la Maremme toscane. Orphelin à trois ans, il est élevé par son oncle.

Très doué il fait de savantes études. Très pieux, il appartient à une confrérie de prière. Sa charité trouve à s’exprimer pleinement lors de l’épidémie de peste qui ravage la ville en 1400. Il a 20 ans ; son dévouement est tel qu’on lui confie la direction provisoire de l’hôpital. Deux ans plus tard, il entre chez les franciscains, (le 8 septembre 1402) et fait la plus grande partie de son noviciat près de Sienne, au couvent de Colombaio. Il y devient prêtre le 7 septembre 1404 et son prieur lui donne la charge de la prédication. Ce sera désormais sa vocation principale ; il se révèle un orateur de grand talent et plein d’originalité.

Pendant vingt-cinq ans, Bernardin parcourt toute l’Italie, prêchant sur les places publiques car les églises sont trop petites. Ce sont parfois des milliers de personnes qui se bousculent pour l’écouter et qui l’entendent parfaitement malgré la foule, tant sa voix est forte. Il parle d’une manière concrète, directe, alerte, insistant sur la vie chrétienne et sur la primauté absolue de la divinité du Christ. Vie mystique, vie morale et vie sociale sont, chez lui, inséparables. Il jouera également un grand rôle dans la transformation de l’ordre franciscain connue sous le nom de « réforme de l’observance ».

Il présente à tous le monogramme du Christ dont il fait peindre partout le monogramme J H S (Jésus Sauveur des hommes). « D’ailleurs, le culte populaire dont il est l’objet en Corse est lié à la place prépondérante des Franciscains dans l’évangélisation de l’île. Ce prénom, autrefois très répandu et d’où est issu le patronyme des Bernardini, fut illustré par deux franciscains de Calenzana : Bernard Alberti, vénérable moine mort en 1653 au couvent de Marcasso et un de ses petits parents qui fut maître des novices de St Léonard de Port-Maurice. Dans nombre de villages on peut voir encore la gravure J H S sur les façades des maisons… » (d’après l’Église de Corse en prière ).

Bernardin meurt à L’Aquila le 20 mai 1444 et est canonisé six ans plus tard, le 24 mai 1450, par le pape Nicolas V. Son corps est solennellement transféré dans la nouvelle église des Observants à L’Aquila, construite spécialement pour le recevoir, et enfermé dans une châsse d’argent doré offerte par le roi Louis XI de France.

Bernardin est considéré comme un grand prédicateur italien ; il est surnommé « l’apôtre de l’Italie » pour ses efforts en faveur du retour de la vraie foi catholique dans son pays au XVe siècle.

 

L’essentiel de Saint Bernardin de Sienne :

Le principal caractère de la vie de ce grand Saint, c’est son amour extra-ordinaire pour la très Sainte Vierge. Né le 8 septembre 1380, jour de la Nativité de Marie, il fut privé, tout jeune, de ses nobles et pieux parents, mais il trouva dans une de ses tantes une véritable mère. Voyant un jour cette femme refuser de donner à un pauvre, il lui dit : « Pour l’amour de Dieu, donnez à ce pauvre ; autrement je ne prendrai rien aujourd’hui. » Sa pureté était si grande que le moindre mot inconvenant l’affligeait profondément : « Silence, disaient les étudiants quand ils le voyaient apparaître au milieu de leurs conversations trop libres, silence, voici Bernardin ! » Un jour, faisant l’éloge de la Sainte Vierge, il Lui appliqua cette parole de l’Apocalypse : « Un grand signe est apparu au Ciel. » Au même instant, une étoile brillante parut au-dessus de sa tête. Une autre fois, parlant en italien, il fut parfaitement compris par des auditeurs grecs qui ne connaissaient que leur langue maternelle. C’est à Bernardin de Sienne que remonte la dévotion au saint Nom de Jésus : il ne pouvait prononcer ce nom sans éprouver des transports extraordinaires. Il a été aussi un des apôtres les plus zélés du culte de saint Joseph. Prédicateur inspiré, Bernardin a laissé de nombreux écrits qui révèlent qu’il était un docteur de premier ordre dans la science de Dieu.

 

Pensée spirituelle de Saint Bernardin de Sienne :

« A partir du jour où la Vierge Marie conçut le Verbe divin, elle acquit comme un droit spécial sur toutes les processions temporelles du Saint-Esprit, c’est-à-dire sur tous les dons que l’Esprit Saint communique aux hommes, en sorte que depuis lors personne n’a reçu de Dieu aucune grâce, si ce n’est par l’entremise et des mains de Marie, notre bonne et tendre Mère » (De la salutation angélique, sermon 52).

 

Courte prière à Saint Bernardin de Sienne :

« Seigneur Jésus qui avez inspiré un amour très ardent pour votre saint Nom à votre bienheureux confesseur Bernardin ; daignez aussi répandre en nous l’Esprit de votre amour, par ses mérites et son intercession. »

 

Gaëtan de Salvatore-R

Facebook : Gaëtan de Salvatore-Ranieri.